Vendange 2020
Vendange 2019
Vendange 2018
Vendange 2017
Vendange 2016
Vendange 2015
Vendange 2014
Vendange 2013
Vendange 2012
Vendange 2011

VENDANGE 2017

NOS VENDANGES NUMÉRO 53.

NUMÉRO DE RÉCOLTE 34.

Chers amis,

En 2017, nous avons pu assister à une intensification des effets du changement climatique désormais évident, même aux yeux des plus sceptiques ; de rares pluies et des températures élevées ont soumis les vignes à rude épreuve, surtout sur les hautes collines.
Il est clair que les vignobles les plus anciens, avec un système racinaire développé et profond, ont mieux réagi, le développant davantage vers la roche, le « Spungone Romagnolo » (tuf calcaire avec des éléments fossiles marins typiques de notre zone). Ils ont donc puisé des micro-éléments de grande qualité qui vont contribuer à enrichir la personnalité et le caractère de nos productions.
Ce sont les vignobles les plus jeunes qui ont le plus souffert de la saisonnalité exceptionnelle, avec des effets négatifs, particulièrement au niveau des quantités, et une perte de production d’environ 50 %.
En 34 ans d’expérience et de vendanges, il ne m’était jamais arrivé de démarrer la récolte la première semaine du mois d’août, le 8 août exactement, avec pratiquement 3 semaines d’avance par rapport à la moyenne des dix dernières années que nous devons de toute façon considérer comme anormales si l’on tient compte du fait que, dans les années 1970, on vendangeait le Sangiovese en octobre.
Mais dans ce panorama pas toujours rose, des côtés positifs sont aussi en train de se manifester : avant toute chose, les zones les plus favorables et les vignobles les plus intéressants ont prouvé qu’ils pouvaient s’en sortir dans des conditions extrêmes. Les vignerons experts ont élaboré des stratégies de gestion agronomique en mesure de préserver la qualité, des raisins très sains avec peu d’interventions phytosanitaires, des paramètres analytiques intéressants, avec des sucres, mais aussi des extraits, et une excellente composante acide.
Les vendanges de la dernière décennie nous ont soumis à rude épreuve, compromettant aussi quelquefois les équilibres économiques de l’entreprise. Cependant, chez CELLI, nous en sommes sortis plus forts et nous avons développé des anticorps et une connaissance qui nous donnent confiance en l’avenir.
Cette expérience nous a amené à entamer le parcours de la « conversion biologique » de tous les vignobles avec le millésime 2018. De nouveaux objectifs, de nouveaux défis.
Nous ne pourrons, bien entendu, porter un jugement définitif sur la vendange 2017 qu’au printemps prochain, mais je pense pouvoir anticiper que nous aurons des vins de grande qualité. Malheureusement, les rendements par hectare se sont sensiblement réduits. Malgré cela, la société CELLI tentera de maintenir des politiques de prix pondérées entre les équilibres économiques de l’entreprise et les attentes des consommateurs.
Faites-nous confiance, nous ne vous avons jamais trahis en plus d’un demi-siècle de vendanges, et nous ne vous décevrons pas non plus avec le millésime 2017.

Mauro Sirri